Partagez | 
 

 La fin du corbeau noir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
samus
Nouveaux
Nouveaux
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 03/11/2014

MessageSujet: La fin du corbeau noir   Sam 8 Nov - 15:38

« Il y a des missions où tout se passe comme prévu, d’autres moins… Celles-là sont parfois les plus excitantes.» Gin

Chapitre 1
C’était un jeudi.
La cible était un homme de quarante ans, impliqué dans plusieurs affaires pas nettes ainsi que dans notre organisation. Seulement, le grand Carlos comme il aime se faire appeler, a cru bon qu’on pouvait le laisser quitter l’organisation. En effet, cela peut être fait… Mais toute sortie est… définitive, si vous voyez ce que je veux dire.
Il devait être dans les 15 heures et nous étions en plein été. Je m’étais posté en haut d’un immeuble abandonné. Un trois étages si je ne me trompe pas. Il dispose d’un escalier métallique un peu vieillot qui peut servir d’issue de secours. Pour la discrétion, j’ai préféré grimper par les escaliers internes. Deux issues, ce n’est jamais assez mais que voulez-vous, cette mission est aussi simple que d’éliminer une nouvelle recrue du F.B.I.

Mon arme était braquée sur ma cible à 300 mètres, je n’avais aucune chance de la rater. Je n’aime pas avoir des habitudes, c’est vrai. Les habitudes et manies peuvent nous mener à notre mort mais j’aime être à l’aise quand je m’apprête à savourer la mort d’une cible. J’avais posé mon arme de poing sur le rebord du toit et juste à coté, la boite à poisons, mon portable et les clés de la Porsche.
La cible sortit en charmante compagnie derrière son bistrot. Il allait se taper une fille en pleine rue… Je n’allais évidemment pas attendre que leurs petites affaires se terminent. J’avais un message à faire passer. Il se trouvait dos à moi alors qu’il l’embrassait. D’une balle, 3 ou 4 trous, 2 victimes. Propre et net. Une fois cela fait, j’ai plié mon arme et rangé la boite à poisons dans la poche intérieure de ma veste. J’ai mis le portable dans une poche et ait voulu récupérer les clés. Par un geste un peu brusque, je les ai poussées et fait tomber du haut de l’immeuble. La rue est plutôt silencieuse mais pas déserte pour autant. J’ai alors emprunté l’escalier de secours pour rapidement aller les chercher. Hélas, j’aurais du m’en méfier. Ce machin était plus rouillé que le déambulateur de mon arrière grand-mère. Je fus alors emporté dans le vide en me retenant à un barreau, suspendu de trois étages… La malchance semblait me coller à la peau : le barreau céda et je tombai dos au sol…

Le coup fut très douloureux, j’étais conscient mais incapable de bouger. La colonne vertébrale était t-elle touchée ? Plus aucun membre de mon corps ne semblait répondre. J’avais même l’impression que mon cœur ne répondait plus aussi. Au bout de quelques secondes mon bras droit commença à répondre. C’est alors qu’une petite mère me vit.
– Houla ! Fit-elle de surprise. Que vous arrive t-il mon bon monsieur ?
Elle s’approcha à petits pas. Et posa une main sur moi. J’étais incapable de répondre. Ma bouche ne réagissait que partiellement à mes ordres. Soudainement, je sentis comme une douleur dans la poitrine, près du cœur. De la main droite, je serra le poing et donna un premier coup sur ma cage thoracique. Ce fut douloureux et mon bras semblait ne plus vouloir répondre après cela.
Je tentais de bafouiller des mots à cette vieille qui me regardait et cherchait à comprendre.
– Le cœur ? À votre âge ? Demanda t-elle.
Elle fouilla ma veste et trouva dans la poche interne ce que j’aurais espéré qu’elle ne touche jamais : la boite à poisons !
– Quelle étrange quantité de médicaments vous avez là ? Voyons, à quoi ressemblent ceux pour mon cœur déjà ? Dit-elle en prenant un instant de réflexion.. Je crois que ce sont les rouges et verts !
Elle en saisit un et me le glissa dans la bouche. Je tenta de le repousser avec la langue et par chance il ressortit ! J’étais sauvé. Enfin… je croyais.
– Ha ce n’est pas ceux là ? Alors c’est surement celui-là. Dit-elle en en apportant un autre à ma bouche.
Encore une fois mon corps me trahissait. La gélule se baladait dans ma bouche et j’avais du mal à coordonner les gestes de ma langue. Impossible de le faire ressortir. La vieille re-glissa alors la boite dans ma poche.

La gélule de plastique allait vite être attaquée par la salive… Je n’avais plus trop le choix. Je n’avais pas vu quel était le second poison qu’elle avait saisit Je ne savais donc pas quelle mort m’attendrait aussi. Si je la gardais en bouche, j’allais mourir dans d’atroces souffrances. Quel qu’il soit, le poison se serait attaqué aux tissus de ma bouche en premier. Je n’avais pas le choix : avaler !

Entre temps, la vieille avait appelé une ambulance à l’aide de mon portable. La situation dérapait complètement. Si Vodka s’était retrouvé dans une telle situation, je l’aurais tué sans hésitation, ainsi que la vieille et les ambulanciers qui viennent. Un ménage aurait aussi dû être fait au centre d’appels afin de faire disparaitre l’appel au secours et mon téléphone aurait dû être détruit.

Une minute passa. L’ambulance devait être proche puisque l’on entendait au loin la sirène. La petite vieille restait pendue au téléphone pour expliquer la situation en me tournant le dos. Soudainement, je ressentis une palpitation cardiaque. Que se passait-il donc ? Le poison faisait-il son effet ? J’avais l’impression que mon corps brulait. Chaque membre me fit alors souffrir. J’avais l’impression d’être… un soleil ! Je dus avoir une hallucination car de la fumée semblait s’évacuer de mon corps. Au fur et à mesure, j’avais l’impression de récupérer le contrôle de mes membres… Je parvins à me redresser avec un peu de difficulté. La vieille continuait de guider l’ambulance en me tournant le dos. Si j’arrivais à l’atteindre, je pourrais lui tordre le cou et fuir. Mais je me sentais ramoli. Mon corps continuait à avoir du mal à réagir. Je fini par réussir à me mettre debout. Je m’approchai de la vieille mais elle se retourna alors.
Elle parut surprise :
– Ho pardonnez-moi je ne vous ai pas entendu venir ! J’aidais ce pauvre monsieur. Dit-elle en désignant le sol vide. Bah, où est-il donc passé ?
Je ne compris pas la situation. Je me tenais face à elle qui ne me reconnaissait pas.
L’ambulance arriva. Un homme ouvrit les portes arrière et commença à sortir un brancard. Un autre homme vint vers la vieille femme et demanda où était la victime.
– Je ne sais pas ! Dit-elle. Il était là il y a quelques minutes. Puis pouf ! Disparut.
– Ce n’est pas ce monsieur ? Demanda l’infirmier en me désignant.
– Non non ! C’est vrai qu’il lui ressemble beaucoup, avait la même tenue. Mais il était beaucoup plus jeune que ca ! Il devait à peine avoir la quarantaine !
Même si elle se trompait sur mon âge, je ne compris pas pourquoi elle me trouva si vieux. C’est en apercevant mon reflet dans la vitre de la porte arrière ouverte de l’ambulance que je saisis. J’avais l’allure d’un homme de 80 ans si ce n’était pas plus !


La suite est encore en cours d'imagination... Je ne sais pas quand elle arrivera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tynaria
Modératrice
Modératrice
avatar

Genre regardé(s)/lu(s) :
  • Animé
  • Manga
  • Livres

Messages : 52
Date d'inscription : 02/11/2014
Age : 17
Localisation : Au QG de l'Organisation '^'

MessageSujet: Re: La fin du corbeau noir   Sam 8 Nov - 19:07

Mon dieu!!! Gin qui vieillit...
Faut dire que je ne m'y attendais pas XD (Et j'avoue avoir eu envie de tuer la vieille femme *tousse*)

Écrire du point de vue de Gin n'est pas facile, mais je trouve que c'est bien fait ^^
Par contre, sortir des poches des choses dont on n'en a pas besoin, comme une clé de voiture ou la boîte contenant du poison alors qu'on s'apprête à tirer sur quelqu'un est plutôt inhabituel XD

Anyway, c'est très bien écrit! \O/

(Je soutiendrais toujours Gin même s'il devient un vieux de 80 ans! è^é Raison de plus, d'ailleurs!)

_________________
"Traitors can't hide their sent..." ~Gin~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
samus
Nouveaux
Nouveaux
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 03/11/2014

MessageSujet: Re: La fin du corbeau noir   Dim 9 Nov - 2:00

Je voulais que Gin ait ses "petites habitudes" lorsqu'il s'apprete à tuer quelqu'un. Il est "lent" quand il s'apprette à tuer Kogoro meme s'il semble vouloir le faire "rapidement". Genre il retient son souffle longtemps avant de tirer. (Chose que que font les snipers).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sherlery hattori
Habitué
Habitué
avatar

Genre regardé(s)/lu(s) :
  • Animé
  • Manga
  • Livres
  • Films

Messages : 59
Date d'inscription : 25/10/2014
Age : 22
Localisation : Blain

MessageSujet: Re: La fin du corbeau noir   Dim 9 Nov - 11:04

J'adore samus Very Happy

_________________
afro flower lol! santa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/SherleryHolqueen
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La fin du corbeau noir   

Revenir en haut Aller en bas
 
La fin du corbeau noir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Corbeau Noir
» Nalim, Le Corbeau d'Umbar
» The Crow, Le corbeau et la mythologie
» Croisé Caniche noir à la SPA de Dunkerque
» griffon noir & feu 8 mois - adoraaable à Béthune ADOPTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde de Detective Conan :: Espace détente :: Vos créations :: Fictions-
Sauter vers: